Accueil du site > Chapelle > Méditer l’évangile du dimanche > Vivants à jamais !

Vivants à jamais !

Retrouvez l’évangile du 21 avril 2013, quatrième dimanche de Pâques (année C), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

Jésus avait dit aux Juifs : « Je suis le Bon Pasteur (le vrai berger). » Il leur dit encore : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut rien arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes UN. »

(Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, 10, 27-30)

par Père Christophe Kerhardy sj (21/04/2013)

L’homélie

Nous avons tous en tête, l’image très ancienne et très émouvante de Jésus tenant autour du cou sa brebis retrouvée. Jésus est notre Bon Pasteur et c’est cette image que l’Évangile nous propose de méditer aujourd’hui.

Nous sentons peut-être quelques réticences a l’égard de cette image car nous n’aimons pas être comparés à un troupeau de moutons de Panurge. Rassurez-vous, l’Église ne sera jamais une assemblée grégaire Depuis ses origines, elle assume de grandes diversités culturelles, sociales et même politiques sans perdre son unité. Ce qui fait notre unité, c’est un lien d’affection et de tendresse entre le Christ et chacun de ses membres.

Dans l’Église on appelle « pasteurs » les ministres du culte. Mais que sommes-nous sinon les collaborateurs du seul et véritable Pasteur : Jésus, le Christ. C’est lui le bon berger qui connaît chacun par son nom, par sa voix, par son parcours de vie, lui qui se réjouit de nos talents et vient au secours de notre faiblesse.

Et nous, collaborateurs du Christ, le Seigneur nous voudrait dévoués et généreux, tendres et bons. Mais hélas, au lieu d’être de bons bergers les uns pour les autres, l’homme est parfois un loup pour l’homme. Et pas seulement l’homme d’ailleurs, comme nous venons de l’entendre dans les Actes des Apôtres : « Les juifs entraînèrent les dames influentes » pour chasser Paul et Barnabé de leur territoire.

Alors Dieu dénonce tous ces chefs et ces cheftaines, tous ces notables qui se conduisent comme des prédateurs et non comme des pasteurs, comme des potentats et non comme des bergers. Aujourd’hui comme hier les mauvais bergers ne manquent pas – idéologues, manipulateurs d’opinion ou illusionnistes, ils vous promettent prospérité, amour et mieux-être A quoi reconnaît-on ces mauvais bergers ? À ceci : ils n’aident pas les gens a devenir libres, ils utilisent plutôt nos malaises et de nos anxiétés comme un fonds de commerce et ça rapporte bien.

C’est précisément sur ce point que Jésus se distingue. Lui, ne vend rien, il donne tout. Alors on Ie voit qui nourrit gratuitement les foules qui ont faim, on Ie voit qui chasse les peurs qui nous paralysent, on Ie voit encore qui libère les pécheurs sans les faire passer à la caisse mais en offrant Ie pardon ; on Ie voit enfin, au terme de sa mission, qui chasse la mort au prix de sa vie. Libérer I’homme de son néant, sans rien lui facturer, n’est-ce pas la plus belle preuve d’amour, la plus impossible à imaginer, la plus improbable à réaliser ? C’est pourtant cette grâce qui constitue Ie noyau dur de notre foi. Celui qui croit fait confiance à Jésus quand il annonce : « Je leur donne la vie éternelle ! »

Je leur donne la vie éternelle Personne n’ignore que notre vie présente est frappée par la finitude. Mais au-delà de notre fin inévitable, se profile une grâce inouïe ! Bien mieux qu’un supplément de vie, qu’un surcroît de vitalité ou d’énergie, dans la foi, nous recevons une vie véritablement nouvelle, semblable a celle du Christ ressuscité.

Nous tous, nous portons en nous une vitalité biologique, Ie temps de la croissance dévoile en chacun des potentialités extraordinaires, et nous voila à vingt ans. Ie bel âge, avec, vous vous en souvenez, ce petit vin blanc qu’on boit sous les tonnelles, quand les filles sont belles, du côté de Nogent... et puis avec Ie temps les organes, les tissus se dégradent, les conduites se bouchent ! N’ayez pas peur de ces épreuves biologiques, car la promesse est là qu’il nous faut recevoir : « Je leur donne la vie éternelle ».

Vivants encore, nous le sommes psychiquement avec des facultés d’intelligence, de mémoire, d’imagination et de volonté capables de changer le monde.

Et puis un temps arrive où la mémoire nous lâche, alors, les mots, les noms, la parole devient laborieuse... N’ayez pas peur de ces trous de mémoire, de pensée, car la promesse est là qu’il nous faut recevoir : « Je leur donne la vie éternelle ».

Vivants toujours, nous le sommes au plus intime de notre cœur, et nous savons qu’aimer et être aimé nous booste dans la vie, l’amour est le secret de notre épanouissement, et quand il déraille voilà notre moral sapé, et le goût de la vie transformé en mal-être. N’ayez pas peur de ces amours déçues, car la promesse est là qu’il nous faut recevoir : « Je leur donne la vie éternelle ».

Par-delà nos fragilités, nous croyons que le Père nous désire vivants à jamais. Ce désir il l’a déjà accompli par le Fils, et désormais, l’Église, sous la houlette de l’Esprit sème la résurrection dans le champ d’un monde qui passe. Le message est simple : nos vies sont une transhumance, elles avancent vers Dieu, elles franchiront la porte de la bergerie éternelle où le Christ ressuscité se plaît à rassembler les brebis égarées au côté des brebis fidèles. Alors, élevés dans la gloire du Père, nous louerons le Seigneur dans les siècles sans fin !

La prière universelle

Seigneur Jésus, nous te prions pour l’Église universelle. Qu’avec force et humilité, elle continue d’apporter à tous les hommes ton message d’Amour, de Justice et de Paix. Toi, le Ressuscité, écoute notre prière.

[marine]Par Jésus Christ ressuscité, exauce-nous Seigneur.[/marine]

Seigneur Jésus, nous te prions pour tous ceux qui sont au service de ton Église. Que les obstacles qu’ils rencontrent sur leur chemin ne les découragent pas, mais qu’ils renforcent leur détermination à dire et à vivre leur fois. Toi, le Ressuscité, écoute notre prière.

[marine]Par Jésus Christ ressuscité, exauce-nous Seigneur.[/marine]

Seigneur Jésus, nous te prions pour ceux qui ont reçu la lourde charge de conduire les peuples et les nations. Qu’ils soient guidés par l’Esprit Saint afin que leurs décisions soient respectueuses des valeurs qui sont les fondements de notre société et qui permettent un vivre ensemble harmonieux et paisible. Toi, le Ressuscité, écoute notre prière.

[marine]Par Jésus Christ ressuscité, exauce-nous Seigneur.[/marine]

Seigneur Jésus, nous te prions pour les familles qui vivent profondément leur appartenance à la communauté chrétienne. Qu’elles acceptent les vocations qui naissent en leur sein et qu’elles encouragent et aident leurs enfants qui choisissent de se consacrer pleinement au service de l’Église. Toi, le Ressuscité, écoute notre prière.

[marine]Par Jésus Christ ressuscité, exauce-nous Seigneur.[/marine]


Mots-clés

Répondre à cet article

Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui satisfait et rassasie l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement (Ignace de Loyola)
SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0