Accueil du site > Chapelle > Méditer l’évangile du dimanche > Patiente donc ! Et dans quarante (...)

Patiente donc ! Et dans quarante jours tu verras...

Retrouvez l’évangile du 17 février 2013, premier dimanche de carême (année C), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

par Père Christophe Kerhardy sj (17/02/2013)

L’Évangile

Tentations du Christ (Basilique Saint-Marc, XIIème siècle)
Tentations du Christ (Basilique Saint-Marc, XIIème siècle)

Après son baptême, Jésus, rempli de l’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; il fut conduit par l’Esprit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut mis à l’épreuve par le démon. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim.

Le démon lui dit alors : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. »

Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre. »

Le démon l’emmena alors plus haut, et lui fit voir d’un seul regard tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir, et la gloire de ces royaumes, car cela m’appartient et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. »

Jésus lui répondit : « Il est écrit : Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu, et c’est lui seul que tu adoreras. »

Puis le démon le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi à ses anges l’ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. »

Jésus répondit : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »

Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le démon s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé.

(Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 4, 1-13)

L’homélie

Tentation de Jésus au désert (William Hole, 1908)
Tentation de Jésus au désert (William Hole, 1908)

« Jésus, après son baptême, fut conduit au désert par l’Esprit où il fut mis à l’épreuve par le démon. »

Quelle est donc cette idée bizarre qui consiste à mettre un nouveau baptisé entre les mains du tentateur ? Dieu n’est-il pas en train de jouer avec le diable ?

Il semble bien qu’un baptême, celui de Jésus mais aussi le nôtre, a besoin d’être confirmé et c’est précisément dans l’épreuve que l’on perçoit le mieux la puissance de l’Esprit qui nous habite. Ainsi, passant par une série de tentations, l’Esprit confirme que Jésus est l’homme vainqueur qui met un terme à l’homme vaincu... En Adam, nous étions vaincus, frappés à mort par la faute d’un seul – enfin un seul, bien aidé par sa femme – et voilà qu’en un seul, Jésus-Christ, la vie, sans défaillance aucune, triomphe après un rude combat. Comme Jésus nous sommes souvent tentés, mais comment affronter la tentation ? C’est ce que nous raconte l’Évangile d’aujourd’hui.

Il est écrit : « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit se nourrir »

Il est écrit : « Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu, et c’est lui seul que tu adoreras ».

Il est dit : « Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu ».

Tentations du Christ au désert (Juan de Flandes, XVIème siècle)
Tentations du Christ au désert (Juan de Flandes, XVIème siècle)

C’est donc en s’appuyant sur la Parole de Dieu que Jésus va réussir à surmonter les assauts de l’adversaire. Nous voyons que Jésus n’entre jamais en discussion directe avec lui, il laisse Dieu répondre à sa place. C’est important de sentir comment l’Écriture entre dans une stratégie de résistance, comment la Parole de vie joue en faveur de celui qui est tenté. Et c’est bien la raison pour laquelle nous devrions nous laisser pétrir d’Écriture.

La première tentation suggère une nourriture tout de suite. Jésus a faim, il a un creux, une petite faiblesse, comme nous pouvons en avoir nous aussi quand nous jeûnons. Mais il a d’autres petits creux, ceux que l’on éprouve devant une vitrine attirante, ceux qui naissent à la vue de ce que mon voisin possède et que je n’ai pas, ceux qui viennent des sentiments de manques et que le tentateur suggère de soulager tout de suite. Au fond, les creux en nous sont une aubaine pour l’ennemi, là il bâtit son royaume en nous laissant croire que pour être bien, pour être au top, il faut avoir, posséder et pouvoir tout de suite ...

Retenons bien la réponse de Jésus : « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre ». Il se souvient d’un passage du Deutéronome : « Tu te souviendras de toute la route que le Seigneur ton Dieu t’a fait parcourir depuis quarante ans dans le désert... il t’as mis dans la pauvreté, il t’a fait avoir faim et il t’a donné la manne que ni toi, ni tes pères ne connaissiez pour te faire reconnaître que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais qu’il vit de tout ce qui sort de la bouche du Seigneur ». Jésus repasse donc par l’expérience du peuple de l’Alliance, qui fût conduit au désert pour y sentir que sa force et son unique soutien, c’est son Dieu. Pendant quarante jours, laissons Dieu remplir les recoins desséchés de nos cœurs, que sa Parole vienne au secours de nos faims et de nos manques.

La troisième tentation a lieu au sommet du temple de Jérusalem. Le tentateur a repéré que la parole de Dieu était la force de Jésus. Alors il procède de la même façon : « Si tu es le fils de Dieu, jette toi en bas, car il est écrit : « Il donnera pour toi des ordres à ses anges et ils te porteront sur leur main de peur que ton pied ne heurte une pierre ». C’est subtil de la part de l’ennemi, il se met à dire lui aussi : « Il est écrit ». En citant un passage du psaume 90, le père du mensonge s’empare de la Parole de vérité, c’est la fameuse astuce du tentateur qui se déguise en ange de lumière. Comment déjouer cette ruse ?

La Tentation sur la montagne (El Duccio, XIVème siècle)
La Tentation sur la montagne (El Duccio, XIVème siècle)

En prenant le temps de ruminer ce qui est dit, sans se précipiter. Les sages nous apprennent que précipitation et vie spirituelle font rarement bon ménage. Prenons une image bien connue à La Réunion pour illustrer ce propos. D’un côté, une pluie douce et lente, une farine comme on dit, de l’autre une grosse averse orageuse. De ces deux pluies, selon vous, laquelle est la plus profitable ? La première s’infiltre en profondeur, elle réhydrate la terre, elle rejoint les racines et reconstitue les nappes phréatiques ; la précipitation orageuse, au contraire, emporte l’humus et arrache les cultures, à grande vitesse, elle transforme les ravines et les rivières en torrent, et s’en est fini du radier de la Rivière Saint Etienne. Eh bien, la parole de Dieu mise dans la bouche du tentateur, est comme ces précipitations dangereuses : elle a l’aspect d’une eau bienfaisante mais en réalité elle jette dans un précipice : « Jette-toi en bas », dit le démon à Jésus. Or cela, Dieu ne l’a pas dit, il est plutôt écrit « lève-toi ! ». Ainsi, il faut le savoir, comme les industriels qui vous vendent du cheval à la place du bœuf, le tentateur peut faire passer ses mauvaises suggestions pour des ordres de Dieu.

Comment ne pas se laisser piéger ? En demeurant à l’écoute de Jésus, en prenant le temps de ruminer la parole sous tous ses angles pour affronter celui qui se joue de notre impatience et nos naïvetés.

Les tentations suggéraient une nourriture tout de suite, une délivrance offerte dans la précipitation, un pouvoir absolu sur tous les royaumes ; au fond, pour résumer, la tentation c’est de mourir d’impatience et d’envie. La foi, au contraire, c’est de vivre dans l’attente et le temps du désir en croyant fermement que le dénouement sera heureux.

Patiente donc ! Et dans quarante jours, tu verras le pain de vie consacré pour la multitude, ce sera le jeudi saint !

Tu verras Jésus jeté hors du temple sans être porté par les anges, ce sera le vendredi saint !

Tu verras le fils de Dieu se relever d’entre les morts, ce sera le triomphe de Pâques !

Tu verras l’Esprit répandre sa victoire sur toutes les nations, ce sera la Pentecôte !

Et à force de relier ta vie d’aujourd’hui à tout ce mystère pascal, tu verras qu’en toi les tentations sont déjà épuisées, puisque Jésus a vaincu le tentateur.

-* Cliquer sur l’onglet « La prière universelle » pour continuer...

La prière universelle

Seigneur, en ce début de carême, apprends-nous à résister aux pièges des désirs, de l’argent et du pouvoir par la pratique du jeûne, de l’aumône et de la prière. Seigneur, nous te prions.

[marine]Seigneur, nous croyons en Toi, fais grandir en nous ta foi [/marine]

Seigneur, dans ce monde en quête de richesse de toutes sortes, que nous soyons capables de discerner entre ce qui est essentiel et ce qui est accessoire. Que nos partages et nos dons servent à témoigner de Toi. Seigneur, nous te prions.

[marine]Seigneur, nous croyons en Toi, fais grandir en nous ta foi [/marine]

Seigneur, accueille en ce premier dimanche de carême les catéchumènes qui aujourd’hui répondent à l’appel décisif du Christ. Que l’Église les accompagne jusqu’à leur baptême au jour de Pâques. Seigneur, nous te prions.

[marine]Seigneur, nous croyons en Toi, fais grandir en nous ta foi [/marine]

« L’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ». Nous Te confions, Seigneur tous ceux qui ont faim et soif de vérité. Que l’Esprit les guide et les conduise vers Toi. Seigneur, nous te prions.

[marine]Seigneur, nous croyons en Toi, fais grandir en nous ta foi [/marine]


Mots-clés

Répondre à cet article

Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui satisfait et rassasie l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement (Ignace de Loyola)
SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0