Accueil du site > Chapelle > Méditer l’évangile du dimanche > “C’est toi mon Fils”

“C’est toi mon Fils”

Ce 13 janvier 2013, fête du Baptême du Seigneur. Retrouvez l’évangile du jour, l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

Le peuple venu auprès de Jean Baptiste était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Messie. Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu. »

Comme tout le peuple se faisait baptiser et que Jésus priait, après avoir été baptisé lui aussi, alors le ciel s’ouvrit. L’Esprit Saint descendit sur Jésus, sous une apparence corporelle, comme une colombe. Du ciel une voix se fit entendre : « C’est toi mon Fils : moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. »

(Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3, 15-16.21-22)

par Père Christophe Kerhardy sj (13/01/2013)

L’homélie

Andrea della Robbia, céramique. CC.
Andrea della Robbia, céramique. CC.

Qui se souvient de la date de son baptême ? Le plus souvent nous l’avons oubliée. Et pourtant, ce jour fut un jour de grâce, un jour où l’Église te reconnaissait enfant de Dieu. Pour ma part, j’ai été baptisé dans l’église où mon père et mon grand-père l’avaient été avant moi. Quand je regarde les vieilles photos de famille, je me dis : à l’époque, Dieu nous attendait de père en fils. Comme beaucoup d’entre vous, je constate qu’une rupture s’est produite, en quelques décennies, d’où l’urgence à ré-évangéliser les générations actuelles.

L’évangile que nous venons d’entendre nous parle de plusieurs baptêmes. Tout d’abord, celui de Jean-Baptiste. Des foules de gens accablés par leurs péchés, tiraillés par la culpabilité, sont venus implorer la miséricorde de Dieu. Jean-Baptiste leur propose un grand nettoyage intérieur et il procède à un baptême de purification ; mais son baptême n’a pas le pouvoir d’effacer les fautes : « Moi, dit-il, je vous baptise dans l’eau, lui, le Christ, vous baptisera dans l’Esprit Saint ». Si nous voulons une image pour comparer ces deux baptêmes, prenons celle d’une pièce que nous voulons restaurer. Après avoir bouché les trous, poncé les aspérités, lessivé les surfaces, il est convenu de passer une couche d’apprêt. Ça m’a toujours amusé de penser que l’apprêt venait avant. Et puis vient le moment où la couche finale donnera à la pièce son aspect éclatant. Le baptême de Jean-Baptiste est un baptême d’apprêt qui précède celui de Jésus, bien plus éclatant.

Bas-relief abbaye Saint-Pierre, Brantôme © Père Igor/Creative Commons by-sa
Bas-relief abbaye Saint-Pierre, Brantôme © Père Igor/Creative Commons by-sa

Au milieu des pécheurs, parmi les pénitents, Jésus attend son tour, il vient lui aussi se faire baptiser. Quel geste étonnant de sa part ! En lui, rien de minable ni de mesquins, il est sans péché, son cœur est pur et sans aspérités, il n’a pas besoin du baptême de Jean et pourtant, il est là. Décidément, Jésus, le Messie, ne se présente pas sous la forme d’une toute-puissance courroucée. À Noël, nous l’avons reconnu sous les traits d’un nouveau-né, un petit enfant caché aux yeux des superbes, aujourd’hui il se fait proche de ces foules qui n’ont pas le cœur fier ni la vie très nette. Jésus qui descend dans le Jourdain, au milieu des ouailles souillées, c’est Dieu qui nous rejoint au point où nous en sommes ; Dieu qui s’abaisse à notre niveau le plus bas pour nous élever jusqu’en sa hauteur.

Et tout à coup, tandis que Jésus est en prière, l’Esprit Saint investit son être et une voix qui vient du ciel le désigne comme le Fils bien-aimé, celui en qui est déversé tout l’amour du Père. Ainsi, Jésus qui s’est fondu dans notre pauvre condition humaine, est reconnu comme l’homme nouveau, engendré du Père et habité par l’Esprit. Quel contraste entre l’humble descente de Jésus dans le Jourdain en compagnie des pécheurs et l’éclat public de sa sortie, avec la colombe et le ciel qui se déchire.

Mais ce qui advient ce jour-là pou rJésus, n’est pas un spectacle auquel nous serions extérieurs. Le ciel qui se déchire ne nous fait pas admirer le caractère exceptionnel de Jésus pour nous maintenir à distance. L’amour qui le caractérise, transmis du Père au Fils, va modifier la génétique humaine. Oui, mesurez bien ce qui se joue lors d’un baptême ; ce n’est pas trois gouttes d’eau versées sur la tête d’un enfant, qu’il faut vite essuyer pour arrêter les cris ; non, sur les fonts baptismaux, l’Esprit Saint est descendu sur nous, il nous a transformés en créatures nouvelles et nous a associés à l’état de grâce qui caractérise le Premier-Né de toute la création. Le baptême de Jean-Baptiste était un baptême d’apprêt, le nôtre affirme que nous sommes enfants bien-aimés de Dieu, voilà notre origine commune.

Andrea del Verrocchio
Andrea del Verrocchio

Aujourd’hui, Dieu m’envoie te dire : « Tu es son fils, tu es sa fille bien-aimé(e), en toi il a mis tout son amour ». Vraiment, c’est merveilleux d’entendre cela pour soi. Pourquoi refuser de partager cette grâce avec d’autres, avec ses propres enfants ?

Enfin, puisque tous, nous sommes bien-aimés de Dieu, prions pour que cela se voie et saute aux yeux. Comment ? Eh bien soyons entre nous pleins de tendresse et de bonté, de douceur et de patience et par-dessus tout cela, qu’il y ait l’amour, car c’est l’amour qui témoigne que nous sommes un avec le Christ, c’est l’amour qui atteste que les gènes de Dieu sont en nous, car Dieu est amour.

-* Cliquer sur l’onglet « La prière universelle » pour continuer...

La prière universelle

Seigneur, pour tous ceux qui vont recevoir le baptême : qu’ils découvrent avec ta grâce et par l’Esprit, qu’au jour de leur baptême, tu graves en eux pour toujours cette parole que tu leur adresses personnellement : « C’est toi mon enfant bien aimé, en toi j’ai mis tout mon amour ». Seigneur, nous te prions.

[marine]Sauveur du monde, Jésus-Christ, donne-nous ton Esprit[/marine]

Seigneur, pour tous ceux qui se sont égarés et ont oublié la promesse de leur baptême : malgré leur éloignement, ils abritent en eux l’image de Dieu. Qu’avec l’aide de ta grâce, ils retrouvent par Jésus-Christ le chemin de la foi et l’espérance du salut. Seigneur, nous te prions.

[marine]Sauveur du monde, Jésus-Christ, donne-nous ton Esprit[/marine]

Seigneur, pour tous ceux qui sont dans la détresse, la désolation : mets sur leur route des personnes qui leur apportent la consolation en témoignant de ta tendresse de Père et donne-leur de découvrir qu’au plus profond de leur souffrance, tu les portes sur ton cœur. Seigneur, nous te prions.

[marine]Sauveur du monde, Jésus-Christ, donne-nous ton Esprit[/marine]

Seigneur, je suis aimé et je le sais. Tu aimes tous les hommes, mais tous ne le savent pas ! Nous rappelant le sens de notre baptême, que l’Église et les chrétiens accueillent ceux qui ne sont pas baptisés. Qu’ils découvrent la grandeur de leur humanité, car ils sont eux aussi aimés du Père. Seigneur, nous te prions.

[marine]Sauveur du monde, Jésus-Christ, donne-nous ton Esprit[/marine]


Mots-clés

Répondre à cet article

Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui satisfait et rassasie l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement (Ignace de Loyola)
SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0