Accueil du site > Chapelle > Méditer l’évangile du dimanche > La Visitation, une pluie de louange

La Visitation, une pluie de louange

L’évangile du 4ème dimanche de l’Avent, année C, l’homélie du père Christophe Kerhardy, la prière universelle du dimanche 23 décembre 2012.

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

(Évangile de Jésus Christ selon saint Luc, 1, 39-45)

par Père Christophe Kerhardy sj (23/12/2012)

L’évangile

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

(Évangile de Jésus Christ selon saint Luc, 1, 39-45)

-* Cliquer sur l’onglet « L’homélie » pour continuer...

L’homélie

Quand l’ange Gabriel quitta la Vierge, il devait être aux anges, il était reparti vers Dieu avec le oui de Marie : comme un jour de mariage, l’échange de consentement avait bien fonctionné, les noces pouvaient être consommées. L’Esprit de Dieu s’étant glissé au plus intime de ses entrailles, Marie était enceinte. Probablement que les ragots ne tarderaient pas à alimenter les conversations de Nazareth. Que pouvait faire Marie pour sauver son honneur ? Fallait-il trouver Joseph, son fiancé, pour le rassurer et lui enlever tout soupçon sur sa grossesse, fallait-il aller voir ses proches pour leur expliquer ce qui venait de se passer ? Elle aurait pu se précipiter également chez le rabbin du village, encore toute haletante, lui devait bien savoir de quelle manière devait naître le messie. À vrai dire, Marie n’avait pas de crainte, Gabriel l’avait rassurée. Foin des rumeurs qui souvent ralentissent l’œuvre de Dieu, Marie laissait à l’Esprit le soin d’expliquer son état, sa pureté, sa dignité, son innocence.

Gabriel avait parlé d’Elisabeth, la vieille cousine stérile, qui attendait un enfant. Tout cela paraissait impossible, elle avait passé l’âge, mais Dieu ne suit pas forcément nos horloges biologiques et tous les âges de la vie peuvent être visités par la grâce, Elisabeth en est le témoin parfait. D’ailleurs, si nous sommes un peu attentifs aux personnes âgées, nous serons souvent surpris par l’intensité de leur foi et de leur vie spirituelle. Toutes ne sont pas aigres, loin s’en faut. Sentez bien aujourd’hui comment le climat de la Visitation est marqué par une immense joie qui réunit toutes les générations ; Elisabeth n’est pas femme blasée, malgré son âge, elle est image de l’ancienne Alliance qui a encore de l’avenir devant elle ; quant à Marie, elle porte toute la fraîcheur de la nouvelle Alliance.

Les 120 km que Marie a dû parcourir seule et à pied pour se rendre en Judée, se sont déroulés sans appui logistique : où allait-elle dormir ? qu’allait-elle manger ? Tout cela n’avait pas d’importance ; puisque l’Esprit avait conçu un enfant en elle, de manière si délicate, il saurait bien lever tous les petits obstacles du chemin.

    La Visitation © Arcabas

Quand Marie entre et salue Elisabeth, Jean-Baptiste tressaille d’allégresse en elle. Cette manifestation prénatale, ressentie par beaucoup de mamans, justifie les réserves de l’Église sur les manipulations embryonnaires et génétiques. Elisabeth est touchée par les mouvements de l’enfant qu’elle porte et les effets sont remarquables : Elisabeth adresse à Marie des paroles qui transpirent de joie et d’enthousiasme, « tu est bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni ! Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne à moi ! Heureuse es-tu d’avoir cru ! »

Un bouquet de bienvenue, une pluie de compliments, voilà la Visitation. Un bouquet de compliments, un paquet de louange, ne serait-ce pas un beau cadeau de Noël à faire à notre entourage ? Ce n’est pas en grande surface que l’on trouve ce genre de présent, il jaillit de la profondeur du cœur. La beauté de l’altruisme où l’on se réjouit du bonheur d’autrui, où l’on communie à la joie des autres, c’est aussi cela l’esprit de la Visitation. Congratulez-vous, ça ne coûte pas cher, mais ça vaut de l’or.

À quoi bon répéter à longueur de chapelet « tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni ! » si nous passons notre temps à nous plaindre, à nous critiquer, sans jamais rien bénir. C’est vrai que les relations humaines sont trop souvent tendues, c’est vrai que les jugements pleuvent plus facilement que les louanges. Il ne faut pas grand chose pour disloquer une amitié, mais justement, en Jésus, la lumière se lève sur nos relations ombrageuses. Dans les immenses plaies de l’humanité, il vient rendre possible un bonheur qui nous était impossible.

Alors frères et sœurs, préparons pour le Sauveur qui vient, un bouquet de bienvenue, un pluie de louange. Soyons comme Elisabeth et Marie notre mère, un peuple qui exulte. Heureuse celle qui a cru et heureux vous tous qui croyez maintenant.

Le Seigneur vient nous visiter, nous faire grâce, son jour est proche : « C’est lui, Jésus, qui nous donne la joie d’entrer déjà dans le mystère de Noël pour qu’il nous trouve, quand il viendra, vigilants dans la prière et remplis d’allégresse ».

(Illustrations : crabouillages.fr ; La Visitation © Arcabas ; Image credit : wenjun3005 / 123RF Banque d’images

-* Cliquer sur l’onglet « La prière universelle » pour continuer...

La prière universelle

Nous rendons grâce Seigneur pour toutes celles qui, à l’image de Marie, vont donner la vie. Donne-leur de remplir leur rôle de mère dans toute sa plénitude et que leur amour ouvre le cœur de leur enfant à ton amour divin. Ô Père, nous te prions.

[marine]Seigneur, par notre Mère, daigne nous exaucer[/marine]

Nous te rendons grâce Seigneur pour tous ceux qui œuvrent dans les maternités à l’accompagnement de la vie. Que leur dévouement soit un reflet de l’attention que tu portes à chacun de tes enfants. Ô Père, exauce-nous.

[marine]Seigneur, par notre Mère, daigne nous exaucer[/marine]

Prions pour toutes les familles qui se désespèrent de ne pas avoir d’enfants. Accorde-leur de vivre ces moments dans une attente confiante et console celles dont les projets de vie n’aboutissent pas. Ô Père, écoute-nous.

[marine]Seigneur, par notre Mère, daigne nous exaucer[/marine]

Pour notre communauté qui va vivre la joie de Noël. Que la Nativité soit au centre de la fête et qu’elle soit une occasion de rassemblement de la famille. Que ceux qui sont seuls trouvent dans nos églises des frères et des sœurs qui les réconfortent et leur apportent la paix et la joie de la nuit de Noël. Ô Père, nous te prions.

[marine]Seigneur, par notre Mère, daigne nous exaucer[/marine]


Répondre à cet article

Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui satisfait et rassasie l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement (Ignace de Loyola)