Accueil du site > Activités > Film et spiritualité > Amadeus
logo

Amadeus

Dimanche 10 juillet à 17 heures, salle Jean de Puybaudet.

par Équipe Film & Spiritualité (13/06/2016)

Film de Miloś Forman (USA, 1984) avec Tom Hulce, F. Murray Abraham, Elizabeth Berridge, Simon Callow. Durée : 153 minutes. Huit Oscars en 1985, dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur, et du meilleur acteur. César 1985 du meilleur film étranger.

À Vienne, en novembre 1823. Au cœur de la nuit, un vieil homme égaré clame cette étonnante confession : « Pardonne, Mozart, pardonne à ton assassin ! » Ce fantôme, c’est Antonio Salieri, jadis musicien réputé et com- positeur officiel de la Cour.

Dès l’enfance, il s’était voué tout entier au service de Dieu, s’engageant à le célébrer par sa musique, au prix d’un incessant labeur. Pour prix de ses sacrifices innombrables, il réclamait la gloire éternelle. Son talent, reconnu par l’empereur mélomane Joseph II, valut durant quelques années à Salieri les plus hautes distinctions.

Mais, en 1781, un jeune homme arrive à Vienne, précédé d’une atteuse réputation. Wolfgang Amadeus Mozart est devenu le plus grand compositeur du siècle. Réalisant la menace que représente pour lui ce surdoué arrogant dont il admire le profond génie, Salieri tente de l’évincer...

Adapté d’une pièce de théâtre de Peter Shaffer (également scénariste du film) elle-même inspirée d’une courte pièce d’Alexandre Pouchkine, Mozart et Salieri, Amadeus est un film magnifique, dont le sujet dépasse de très loin la « simple » biographie d’un artiste – il prend d’ailleurs des libertés avec la réalité. En fait, deux thèmes principaux s’entrecroisent : d’une part, le processus de création chez un artiste. Comment l’inspiration, cette dame mystérieuse, « agit »-elle pour qu’on en arrive à l’œuvre ? D’autre part, le duel entre deux hommes, la souffrance du moins doué, la jalousie qui s’empare de lui et ses efforts pour se débarrasser de son rival.

Le film comporte de nombreux extraits musicaux, notamment des Noces de Figaro, de La Flûte enchantée ou encore de Don Giovanni. Il a d’ailleurs été récompensé par un Oscar du meilleur son et un Bafta Awards du meilleur son... entre autres distinctions. Nommé pour cinquante-trois prix, il a reçu au total huit Oscars à Cannes, un César, cinq Golden Globes... et une dizaine d’autres. Il figure à la 53ème place dans le top 100 des films de l’American Film Institute.


Répondre à cet article

Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui satisfait et rassasie l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement (Ignace de Loyola)
SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0