Accueil du site > Activités > Film et spiritualité > Departures
logo

Departures

Dimanche 15 novembre 2015, de 17h30 à 19h45, salle Jean de Puybaudet, l’équipe de « Film et Spiritualité » propose « Departures » de Yojiro Takita. Le film sera suivi d’un débat.

par Équipe Film & Spiritualité (30/10/2015)

Film de Yojiro Takita (Japon, 2008) avec Masahiro Motoki, Ryoko Hirosue, Tsutomu Yamazaki, Kimiko Yo, Tetta Sugimoto, Kazuko Yoshiyuki. Oscar du meilleur film étranger. Durée : 1h43.

Daigo, violoncelliste au chômage, répond à une offre d’emploi intitulée « Départs assistés » pour l’agence NK. Il découvre alors que l’agence NK est une entreprise de pompes funèbres et qu’il devra s’occuper de la toilette des morts. Daigo accepte à contre-cœur mais lorsqu’il rentre chez lui, il est incapable d’avouer à sa femme pour quel genre de métier il a été embauché. Dans son milieu, ce travail n’a pas bonne réputation, il est considéré comme « impur »... Aussi affirme-t-il être employé dans l’industrie des cérémonies occasionnelles...

Au Japon, la préparation des corps est une vraie cérémonie, qui obéit à un rituel précis et se fait en présence des familles. La mort n’en est pas moins un sujet tabou. En adaptant pour le cinéma le roman autobiographique d’Aoki Shinmon, Coffinman : The Journal of a Buddhist Mortician, Yojiro Takita a relevé un véritable défi... et il a été le premier surpris de l’accueil triomphal que public et critique lui ont réservé au Japon. Un accueil confirmé, l’année suivante, par l’Oscar du meilleur film étranger.

Malgré des débuts difficiles, malgré ses doutes, malgré le dégoût de ses proches et la mise à l’écart que lui vaut ce travail, Daigo (Mashairo Motoki) va peu à peu découvrir qu’il s’y épanouit. Il goûte la joie et la reconnaissance de « ceux qui restent » pour son travail. Peu à peu, il va y trouver un respect nouveau pour la vie elle-même.

Departures est un grand film sur la vie, sur la mort, sur les morts et surtout sur l’importance pour ceux qui restent de bien préparer le « dernier voyage » de leurs proches. Pour des raisons éthiques évidentes, il n’était pas question de montrer dans ce film les corps morts de vraies personnes. Aussi le réalisateur a-t-il eu recours à des images de synthèse. Mashairo Motoki a pour sa part étudié l’art des rites funéraires auprès d’un spécialiste et ses gestes souples en mettent en évidence la beauté.

Un film tout en émotion, en délicatesse, dont la musique vient souligner une poésie inattendue... et qui réserve aussi, c’est nécessaire pour soulager la tension, quelques moments burlesques.

Voir la bande-annonce


Mots-clés

Répondre à cet article

Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui satisfait et rassasie l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement (Ignace de Loyola)
SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0