Accueil du site > Activités > Film et spiritualité > François et le chemin du soleil
logo

François et le chemin du soleil

Dimanche 6 octobre, de 17h30 à 19h30 à la salle Jean de Puybaudet, projection du film de Franco Zeffirelli « François et le chemin du soleil ». La projection sera suivie d’un débat animé par le père Bernard Paulet sj.

par Père Bernard Paulet sj (17/09/2013)

Film de Franco Zeffirelli (Fratello Sole, sorella Luna), Italie-Grande Bretagne, 1972, avec Graham Faulkner, Judi Bowker, Valentina Cortese, Alex Guinness. Prix David di Donatello du meilleur réalisateur.

Assise, en Ombrie (Italie), au début du 13e siècle. Fils d’un commerçant prospère, le jeune François Bernardone, âgé de 18 ans, part revêtu de sa belle armure, pour défendre sa ville d’Assise contre celle de Pérouse. À son retour, épuisé et malade, François a changé : il s’ouvre à l’amour de Dieu à travers la nature et son prochain. En même temps, il découvre la misère, la souffrance et les conditions misérables dans lesquelles vivent les employés de son père. Il se révolte et redistribue les richesses familiales. Furieux, son père le traîne au tribunal…

Le film du réalisateur Franco Zeffirelli, François et le chemin du soleil, évoque les jeunes années de saint François d’Assise. Le jeune François a refusé très tôt de profiter de la richesse de sa famille pour se détacher du monde matériel. Il a en effet préféré abandonner sa vie confortable pour vivre en harmonie avec la nature. François et le chemin du soleil dévoile le chemin initiatique d’un jeune homme à part et offre une œuvre originale. Ce film d’une grande beauté célèbre la rencontre entre un réalisateur passionné par l’Évangile et le François du Cantique des créatures. Il a été nominé aux Oscars (nominé en 1973 dans les catégories Meilleure direction artistique, meilleur décor).

Du magnifique Onze Fioretti de François d’Assise de Rossellini (1950) au médiocre Francesco de Liliana Cavani (1989), saint François d’Assise a eu droit à plusieurs biographies filmées plus ou moins romancées. Le fameux réalisateur italien Zeffirelli (Roméo et Juliette, Jésus) propose une adaptation très hippie de cette vie exemplaire. Bercé par les douces ballades du chanteur folk Donovan, l’itinéraire de François ressemble aux quêtes des années 60-70, mêlant mysticisme et retour à la nature. Reste que le message d’amour de Frère François passe avec force et émotion.

Ce sera notre manière de célébrer le Poverello (fêté le 4 octobre) en cette année du huitième centenaire de l’Ordre franciscain et du premier pape qui porte le nom de François.


Mots-clés

Répondre à cet article

Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui satisfait et rassasie l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement (Ignace de Loyola)
SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0