Accueil du site > Chapelle > Méditer l’évangile du dimanche > Une Église qui attend l’Esprit
logo

Une Église qui attend l’Esprit

Retrouvez l’évangile du dimanche 12 mai 2013, 7ème dimanche de Pâques (année C), l’homélie du père Christophe Kerhardy, et la prière universelle des fidèles de la Résidence du Sacré-Cœur.

par Père Christophe Kerhardy sj (14/05/2013)

 L’homélie

Lorsque j’étais enfant, je rêvais du fameux tour du monde en quatre-vingt jours de Jules Vernes. Nous étions tenus en haleine par les aventures de Phileas Fogg, leh éros de cette course, accompagné de Passepartout, son fidèle domestique.

Quatre-vingt jours, c’est le temps qui s’est écoulé entre le mercredi des cendres et le jeudi de l’Ascension… En quatre-vingt jours, nous avons fait le tour du mystère pascal, Jésus, le fils de l’homme, crucifié et vainqueur de la mort, a recouvré sa nature d’éternité, il est assis à la droite du Père. Pour lui, sa course dans le temps est achevée, et la mission de l’Église peut commencer : « Vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre ». C’est la feuille de route que les apôtres ont reçu juste avant l’Ascension. Le vaste globe terrestre et tous ses habitants attendent les messagers de l’Évangile… Mais avant de se disperser, les apôtres, pendant dix jours, de l’Ascension jusqu’à la Pentecôte, sont en prière. Ils ne travailleront pas à leur compte, ils avanceront sous l’impulsion de l’Esprit-Saint, c’est pourquoi avant de parler, de prêcher, d’écrire et de semer l’Évangile, ils se recueillent.

Dans cette communauté de prière, « Marie, la mère de Jésus », est penchée sur le berceau de l’Église. Elle n’est plus seule comme au temps de l’Annonciation pour dire oui au projet de Dieu. Autour d’elle, les onze apôtres sont là avec des frères et quelques femmes et tous attendent d’être recouverts de l’Esprit Saint, car c’est par lui, présent en eux, présent en nous, que nous devenons les passepartouts du mystère pascal. Dix jours donc entre l’Ascension et la Pentecôte, dix jours de retraite en quelque sorte, nous sont offerts chaque année pour demander la venue de l’Esprit-Saint.

L’Église annonce sans cesse, l’Église enseigne, l’Église s’implique dans des œuvres sociales et caritatives, mais pour éviter la tentation de l’activisme, l’Église doit demeurer une communauté de prière, sans quoi elle n’ira pas très loin. Aujourd’hui nous demandons l’endurance, et Dieu sait s’il en faudra, pour mener les extrémités de la terre jusqu’au royaume de Dieu.

Jésus lui aussi a longuement prié, spécialement avant sa Passion. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, nous avons entendu un passage de cette prière et qu’est-ce que demande Jésus ? « Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi. Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. »

La crédibilité de l’Église, la sincérité de notre témoignage se trouve dans la recherche de l’unité, unité entre notre foi et notre vie, unité entre notre amour de Dieu et notre amour du prochain, unité entre le faire et le dire, entre l’être et le paraître. À qui allons-nous faire croire que Dieu est amour si nous sommes divisés entre nous et en nous ? Oui, les divisions brouillent le message de l’Évangile. Les non-croyants continueront à nous regarder avec scepticisme si des querelles futiles sapent notre unité. Inversement, le jour où les chrétiens parleront d’une seule voix, cette voix acquerra une force sans égale.

C’est pour cela que Jésus insiste si fortement sur l’unité qui doit régner dans les communautés religieuses, dans les familles chrétiennes ; l’unité voulue par le Christ est fondée sur son amour. Et cet amour nous invite à faire passer les autres avant nous-mêmes, il nous exhorte à servir plutôt qu’à nous servir, c’est quand même autre chose que la satisfaction de mes envies et mes caprices. Cela exige un effort constant d’ouverture, de pardon, de réconciliation.

Une Église qui prie, qui attend l’Esprit, au lieu de se jeter dans un activisme à tout crin, des chrétiens qui cherchent l’unité du genre humain, voilà la mission que Jésus nous confie.

Cette mission d’évangélisation n’est en rien une entreprise de prosélytisme pour annexer des consciences, conquérir un nouveau public, multiplier une audience, doper l’emprise ecclésiastique sur la société.

Cette mission est essentiellement un engagement pour que l’amour rayonne au long des siècles comme il rayonnait en Jésus. C’est pourquoi l’Église évangélise par la qualité de son vivre-ensemble, un vivre-ensemble qu’elle puise dans l’unité du Père, du Fils et de l’Esprit. Plus nos liens seront à l’image de cette harmonie trinitaire, plus les hommes croiront en Dieu.

Tenez, vous savez ce qu’est un appartement témoin. Lorsque l’on construit un immeuble, l’appartement témoin, c’est celui que l’on peaufine et décore avant les autres pour laisser deviner à quoi ressemblera l’immeuble lorsqu’il sera achevé tout entier. Eh bien, prions pour que dans le monde, brut de décoffrage et souvent inhumain, les chrétiens soient l’appartement témoin dans lequel le bien a chassé le mal, où l’amour a mis fin à la haine, où la paix a éteint les colères, où la vérité n’a laissé aucune place au mensonge, où la liberté a aboli toute forme d’esclavage, où le partage a damé le pion à l’égoïsme, où le pardon a absout les offenses.

Là est l’Évangile et le Royaume. Prions pour que l’Esprit-Saint fasse de nous des passe-partout de cette maison de Dieu.

(Illustrations : 1- DR. 2 : arcady31 / 123RF Banque d’images


Répondre à cet article

Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui satisfait et rassasie l’âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement (Ignace de Loyola)